Théorie classique de schtroumpfitude

Un article de la désencyclopédie.
Aller à : navigation, chercher

La théorie classique de schtroumpfitude formalise les outils logiques de preuve d'appartenance d'un sujet à la catégorie purement nomenclaturale du Schtroumpf. La théorie complémentaire, celle permettant de contredire une telle appartenance, n'existe pas, pour la simple et bonne raison que sa non-existence est implicite dans la théorie classique de schtroumpfitude elle-même (cf. #Critère de non-recevabilité du contraire). Le moindre sujet vérifiant la schtroumpfitude dans cette théorie devrait être inscrit dans le registre de recensement officiel de la population schtroumpfs.

Dans la suite de cet article, on entend par sujet l'individu dont on mesure la schtroumpfitude.

Axiomes[modifier]

Critère d'identité[modifier]

Le sujet est un schtroumpf s'il possède un trait distinctif commun avec le schtroumpf. Ce trait peut être anatomique, social, culturel, asexuel etc.

Critère de symétrie[modifier]

Le sujet est un schtroumpf s'il vérifie un rapport réciproque avec un schtroumpf quelconque.

Critère d'évidence[modifier]

Le sujet est un schtroumpf si le jugement de schtroumpfitude est spontané. Cela inclut la prise de conscience qu'il "pourrait être un schtroumpf". Illustration: vous conversez avec votre collègue de travail. Tout à coup une curiosité vous agite: "Ce pourrait-il qu'il soit un schtroumpf ?" Vous avez la réponse: il EST un schtroumpf.

Critère d'officialité[modifier]

La présence du sujet dans le registre de recensement officiel de la population schtroumpfs suffit à classifier le sujet comme schtroumpf.

Critère de mauvaise foi[modifier]

Si le sujet doit démontrer sa non-schtroumpfitude par une exubérance démonstrative, alors il est un schtroumpf, la non-schtroumpfitude se démontrant d'abord par le naturel.

Critère de double asymétrie[modifier]

Si le sujet et un schtroumpf témoin (unique en fait puisqu'il n'y a jamais eu au plus qu'un seul schtroumpf par discipline/fonction) diffèrent sur un élément, mais que par ailleurs ces éléments se neutralisent par exacte complémentarité, alors la différence s'annule d'elle-même et le sujet est déclaré schtroumpf. Si Gargamel est plus grand que le schtroumpf moyen, cette différence ne décrit pas une opposition diamétrique. En revanche, il est parfaitement Bon alors que les schtroumpfs sont parfaitement Mauvais; donc Gargamel est un schtroumpf (par réciprocité ou transitivité, on pourrait également inférer qu'un schtroumpf est un schtroumpf).

Tautologies et corrolaires[modifier]

Critère de coexistence[modifier]

Localiser un schtroumpf à proximité du sujet traduit une telle incongruité de réalité humaine qu'on ne peut que conclure à l'irréalité du sujet lui-même, et donc à la schtroumpfitude, par application du #critère d'identité puisqu'un schtroumpf partage la propriété d'irréalité. C'est le cas ici de Mikhaïl Gorbatchev.

Vous n'avez rien bu, vous n'avez rien vu... Notamment le fait que Gorbatchev est bien un schtroumpf en vertu du critère de coexistence.

Critère de non-recevabilité du contraire[modifier]

Ce critère est également connu sous le nom de "critère de preuve par l'absurde".

Si l'on doit démontrer la non-schtroumpfitude du sujet (y compris dans le cas d'auto-défense du sujet), c'est qu'il y a eu la spontanéité préalable de se poser la question de la schtrompfitude. En vertu du critère d'évidence, le sujet est donc irrémédiablement un schtroumpf.

Critère de récurrence[modifier]

Si le sujet est corrélable à un schtroumpf et que ce schtroumpf est corrélable à un autre schtroumpf, alors le sujet est un schtroumpf au même titre que l'autre schtroumpf. Il s'agit d'une banale généralisation du critère de coexistence. On infère naturellement de ce critère que tout sujet schtroumpf est ridicule au moins dans la mesure du Grand Schtroumpf. =

Critères discriminatoires du schtroumpf[modifier]

Un sujet est dit "total schtroumpf" s'il répond a au moins un des critères suivants:

Ce dernier point relève de la théorie originelle du schtroumpf. Cette théorie s'appuie sur une chaîne d'inférence arrière, à travers laquelle les étymologues ont pu remonter jusqu'au schtroumpf originel:

Échec d'analyse (erreur de syntaxe): {\displaystyle Le\ Grand\ Schtroumpf\ 8^{eme}\ nain\ de\ Blanche\-Neige \rightarrow Le\ Grand\ Huit \rightarrow Montagne\ Russe \rightarrow Tchernobyl}

Remarque sur l'absence de critère de preuve de la preuve[modifier]

La preuve de la véracité de la preuve est implicite dans la conjonction entre le critère d'évidence (évidence apodictique de la théorie) et le fait que la moindre ébauche d'une théorie contraire se heurterait soit au critère de mauvaise foi, soit au critère de non-recevabilité du contraire. Elle constitue donc une aporie.

En particulier un individu prouvé schtroumpf est un schtroumpf. Par contre un schtroumpf schtroumpf n'est pas forcément prouvément un schtroumpf, d'où la nécessité continuelle de parfaire la complétude des critères de schtroumpfitude. <poll>Qu'avez-vous pensé de l'article "Théorie classique de schtroumpfitude" ? Parfait pour un singe comme moi. Poilant ! Gagnerait à être développé ou retravaillé. Sous-développé comme l'ensemble de ce site en fait. Je klaxonne. Pour être tout à fait hors sujet, ce questionnaire est pourri. </poll>


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.