Socrate

Un article de la désencyclopédie.
Aller à : navigation, chercher

Résumé[modifier]

Socrate est né 1534 ans avant les jeux olympiques d'Athènes, au même endroit. Son père était sculpteur, mais on ignore ce qu'il sculptait exactement. Quant à sa mère, elle exerçait la profession d'infirmière, mais d'après les documents que l'on possède sur les pratiques médicales de l'époque, elle aurait eu du mal à décrocher un rôle dans "Urgences". A noter qu'elle sculptait elle aussi, à ses moments perdus, ce qui laisse à penser que c'était une infirmière très libérale.

Son look[modifier]

Socrate blanchi par les historiens eurocentristes

La pensée Eurocentriste, qui domine l'historiographie, a toujours essayé de cacher une possibilité réelle - celle que Socrate était Noir. Cette hypothèse est soutenue par plusieurs preuves irréfutables. Diodore de Sicile, Hérodote et plusieurs autres écrivains grecs affirment que des philosophes comme Thales et Pythagore ont étudié la philosophie en Égypte. Et que les Égyptiens étaient noirs comme du charbon (l'Égypte en Égyptien se dit Khemet, ce qui veut dire noir, et en Wolof, charbonné). Cette thèse a été amplement prouvée par le Professeur Cheikh Anta Diop. Il est donc très acceptable que des philosophes Égyptiens aient fait le voyage dans l'autre sens et aient vécu en Grèce.

Le dieu funéraire égyptien Soker

Son nom est égyptien, sans aucun doute: Socrates = Soker-thy : qui s'éloigne de Soker, l'apostasie est déjà présente dans son nom. On peut se demander d'ailleurs si la raison officielle de sa condamnation était bien réelle (corruption de la jeunesse), ou si les Athéniens voulaient en réalité se débarrasser d'un black. Mais la preuve la plus convaincante est que Mary Lefkowitz, historienne américaine et juive, dans son livre "Not out of Africa" (Éd. Basic Books, 1997) se donne la peine de nier ce fait. Comme les Blancs, et surtout les Juifs se sont toujours efforcés d'occulter l'apport des Africains à la Civilisation, cette négation équivaut à un aveu. Ce paragraphe met fin à plus de vingt siècles de blanchiment illégal d'un grand philosophe.

Sa pensée[modifier]

L'oracle de Delphes, un type qui se cachait derrière une statue et racontait n'importe quoi en échange de quelque nourriture, déclare un jour que Socrate est le plus sage des hommes. Stupeur de l'intéressé qui commence par dire : "OOOOh l'autre! Mais non pas du tout !" puis qui réfléchit un peu et finit par déclarer: "Je ne sais rien de plus que les autres hommes, si ce n'est qu'ils croient savoir quelque chose et que je sais que je ne sais rien". (Un des plus prestigieux disciples socratiques, Jean Gabin, entreprend de mettre cette pensée en musique en 1974. Il écoulera 500 000 exemplaires de son 45 tours, "Maintenant je sais !" preuve que l'enseignement de Socrate a su traverser les époques et trouver un écho favorables auprès des jeunes oreilles issues du baby boom).


Son action[modifier]

Fort de son savoir (c'est à dire: rien), Socrate commence, avec un courage qu'il faut saluer, à enseigner aux hommes leur ignorance. Ainsi, il va nu-pieds dans les rues d'Athènes, habillé comme un malpropre, pas rasé, pas lavé, tentant de convaincre tout un chacun qu'il ne sait rien du tout. Comment s'étonner après cela que les enfants lui lancent des pierres ?

Au début on le laisse faire, car on le prend un peu en pitié. Mais peu à peu des bandes de jeunes désœuvrés commencent à s'intéresser à son enseignement, d'autant qu'il ne nécessite que très peu de facultés intellectuelles. (Socrate: "Les gars, faut savoir un truc, c'est que vous savez rien...", les gars: "Ouaiiiiiis!")

Réactions[modifier]

Arrive ce qu'il devait arriver: excédé par les bruits de mobylette qui pétaradent dans les rues endormies jusqu'à plus d'heures, les Athéniens se plaignent, le parti démocratique l'accuse de pervertir la jeunesse. En 399 Socrate est condamné à boire la cigüe. Au début, il n'est pas contre car il est persuadé qu'il s'agit d'une nouvelle boisson du genre "smart drink" dont raffolent tant les jeunes. Il déchante lorsqu'on lui apprend que c'est en réalité du poison, destiné à le faire mourir dans d'atroces souffrances.

Face à son manque d'enthousiasme, la police athénienne menace de lui arracher les poils de sa barbe un par un s'il n'avale pas le liquide sur le champ. Un policier, plus gentil que les autres, lui propose de lui pincer le nez, car la cigüe sent très mauvais.

Socrate cesse donc de chouiner, boit le poison et meurt.

the end[modifier]

Le plus beau est que notre philosophe, durant sa longue vie, ne s'est pas donné la peine d'écrire une seule ligne. Du coup, ses propos proviennent exclusivement du bouche à oreille, de vagues "on dit" et de cancans athéniens, ce qui laisse un doute sur la véracité de leur contenu.

Si ça se trouve, il voulait pas dire ça. Peut-être qu'il a seulement dit: "Je sais tout" ou "Foutez-moi la paix avec vos âneries!" ou "J'adore les carottes râpées avec un filet de citron". Mais maintenant c'est trop tard. Et j'ose le déclarer à la face du monde: "Tant pis pour toi, feignasse!"

Nota Bene (="En Grec" en latin) Les chats sont mortels, or Socrate est mortel, donc Socrate est un chat.

Liens internes[modifier]

  • Platon, gangster inventeur de l'épluche concombre se prenant pour Socrate.

<poll>Qu'avez-vous pensé de l'article "Socrate" ? Parfait pour un singe comme moi. Poilant ! Gagnerait à être développé ou retravaillé. Sous-développé comme l'ensemble de ce site en fait. Je klaxonne. Pour être tout à fait hors sujet, ce questionnaire est pourri. </poll>


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.