Chocolat

Un article de la désencyclopédie.
Aller à : navigation, chercher
Miam ! On en mangerait.

Le chocolat est un agent gonfleur antidepresseur pour femmes d'origine Incanaise, souvent associé à une matière sortant d'un orifice spécifique aux êtres vivants, d'où son nom Cacao.


Les origines[modifier]

Le chocolat trouve ses origines chez les Incas, qui consommaient la fève de cacao à l'aide de tabac sous forme de grosse clope. Racheté au 16ème siècle par Marlboro et le KKK, il fut exporté aux suisses et aux belges pour en confectionner un aliment calorifique consommable pour humains. Le chocolat tel qu'il se consomme à l'heure actuelle est plus récent (1870, en gros, pour sa diffusion) car il faut commencer par dissocier les matières sèches (le cacao, pour faire simple), les matières grasses (le beurre de cacao), et le peu de sucre contenu dans la fève. Pour ce faire, soit on utilise des broyeuses à cylindres en métal (mais c'est lourd et pas très propre), soit des presses hydrauliques (les presses chocolatiques restant à inventer). Cette opération fastidieuse élimine l'acide acétique naturellement présent en cadeaux Bonux dans le cacao (pas poison mais beurk au goût) par échanges gazeux (truc savant pour dire brasser à l'air) et permet de doser le pourcentage de cacao du chocolat en rajoutant plus ou moins de sucre (encore une parenthèse, mais pour le fun cette fois). Ensuite on rajoute du sucre, vous savez pourquoi si vous avez compris, et on re-broie le tout jusqu'à atteindre une granulométrie de 18 à 20 microns (ca fait pas épais). Pourquoi, me direz-vous ? Eh bien parce que l'organe le plus sensible du corps humain , en ce qui concerne la détection de grain dans un aliment, est le palais (d'un autre coté, rares sont les gourmands qui s'enduisent le postérieur avec des aliments pour en vérifier la granulométrie). Le seuil de détection du palais étant de 18 à 20 microns... C.Q.F.D. Pendant ce temps, de dangereux maniaques mélangent des morceaux de trucs (noisettes, amandes, pistaches, boulons de 12) dans le chocolat déjà broyé pour en faire des tablettes qui craquent sous la dent. Si c'est pas se moquer du travail des broyeurs et de leurs petits bras (musclés) !

Les différents chocolats[modifier]

Chocolat-divers-300dpi.jpg
Nous pouvons trouver le chocolat dans différentes couleurs allant du noir au blanc en passant par le brun (le plus fréquent). A noter que le chocolat blanc participe à la plus grande escroquerie du rock and roll dixit Marcel Einstein, (oui le frère de l'autre), si l'on considère qu'il est dépourvu de cacao mais qu'il a quand même le nom de chocolat.

De même il existe plusieurs types d'états: liquide, pâteux ou solide.

Des chercheurs suisses et belges tentent toujours de trouver une forme gazeuse au chocolat, mais en vain. Ailleurs, on mange le chocolat sans se poser trop de questions.

C'est en Suisse que sont produit les meilleurs chocolats suisses. La Suisse utilise des marmottes pour les emballer (dans du papier d'alu !). Les Belges tentent de reconvertir le personnel de la Societé Nationale des Découpeurs de Frites pour faire le même travail que les marmottes suisses, sans succès jusque-là. Le chocolat Belge est donc vendu dans de vieilles boites à chaussures qui donnent à leur chocolat ce goût inimitable.

Par ailleur, un riche homme d'affaires québécois possède ce qui est aujourd'hui considéré comme le plus grand chef d'oeuvre cacaotique. En effet, Maxime Desabrais, physicien de formation et cofondateur de la compagmie «Kakha Jet» (Compagnie spécialisée dans la fabrication de jets en chocolat pour l'armée canadienne. Le but est qu'en cas de crash sur une île déserte, le pilote ne manque jamais de nourriture.) Bref, M. Desabrais est depuis 2004 le propriétaire de Chocotown. Ce dernier fit construire une ville de plus de 369 km carrés dans une vallée suisse. Ce qui rend cette ville si spéciale, c'est qu'elle est entièrement en chocolat. Le coût de cette ville est estimé à plus de 4 milliards, 3,2 milliards pour les matériaux de chocolat et 800 millions pour la main d'oeuvre. Mais, M. Desabrais a eu la brillante idée de n'engager que des nains roux pour bâtir le projet. Les coûts reliés à la main d'oeuvre sont donc tombés à 24 euros pour les billets d'autobus des nains roux et à 1000 kilos de graines de tournesols pour les nourir pendant 18 mois. Maintenant, la ville compte plus de 1 habitant et comme le veut la tradition, les 2000 nains ont été enduit d'une épaisse couche de chocolat noir, et une fois durci, ils ont été placé à l'entré de la ville pour faire office de statue.

Cette belle histoire s'est terminée en tragédie lorsque monsieur Desabrais s'est fait assassiner par un des nains roux qui a réussi à se sortir du chocolat en gonflant son torse musclé. En effet, ce nain roux pratiquait le métier de culturiste depuis sa naissance. Celui-ci est maintenant le président de choco-town et pèse plus de 2 tonnes en raison de sa surconsommation de produits chocolatés. Il a de plus ouvert un restaurant qui gagne en popularité avec le temps et qui est nommé « CHOQUE HOLA ». Pour opérer son restaurant, il n'a engagé que des nains blonds pour se venger au nom de tous les nains roux qui avaient été exploités dans le passé. Le nain roux obèse traite ses employés comme s'ils étaient des pourritures. Lorsqu'un serveur blond atteint de nainisme échappe une assiette sur le sol et qu'elle casse, il le fouette avec une corde à danser pendant plus de 30 minutes en mangeant des rôties au nutella. Pour lui, c'est l'extase que de maltraiter un timide nain blond en se gavant de friandises chocolatées. La monnaie utilisée à choco-town est le choco-dollar ( Les petits 1$ en chocolat que nous recevons à l'halloween).

Chocolat et drogues[modifier]

Le chocolat est souvent associé à une drogue douce, car il provoque des envies primitives de goinfrage abusif. Dans cette pensée, les trafiquants de drogue ont essayé de confectionner des barrettes de cacao en tant que substitut du shit, mais sans succès. A noter également que le chocolat est imperméable à certaines ondes et qu'il rends inopérant la détection des métaux noyés dedans. Ayant mal compris ce principe de nombreux trafiquants ont tenté en vain d'introduire des produits non ferreux interdits, de Suisse vers l'Europe de la C.E.E (trous artificiels de gruyère, comiques Suisses, Elephant, ). Seule la perspicacité des nos vaillants douaniers à permis de confondre les fraudeurs, sauf dans le cas de l'elephant qui s'est enfuis lors du contrôle et qui seul et abandonné divague le long de la frontière franco-suisse. Tout le monde l'aime bien mais il refuse de rentrer au pays, ce qui fait dire aux Genevois qu'"il à la côte dehors". Un industriel attentif en à même profité pour créer une marque reprenant, à peu de choses près, ce slogan avec le chocolat Cote d'Or (si on ne connait pas l'histoire la marque ne signifie pas grand chose).

  • Chocolat avec du lait (et non chocolat au lait):

Le prochain numéro à paraître de Sciences et Vie révèle une avancée en matière de toxicologie. En effet, une toute nouvelle molécule à été découverte dans les boissons à base de chocolat et de lait (comme le fameux "chocolat chaud"). Celle-ci est formé à partir d'acide ascorbique (composé de la dégradation de la fève de cacao), de protéine lactifère (contenu dans le lait de vache) et d'un composé de dégradation musculaire anaérobique: l'acide lactique (produit pendant des efforts courts mais intenses, comme un sprint par exemple). À une température supérieur à 38°C (lors d'un effort violent, la température musculaire monterait localement jusqu'à 39, voir 40°C) cette molécule interragit fortement avec des recépteurs membranaires situés dans l'hypothalamus, déclenchant une libération rapide et importante d'endomorphine dans le sang, produisant in fine une euphorie prolongée suivie d'une accoutumance et une dépendance forte à toute les boissons à base de cacao et de lait. Le choc primaire déclenché par cette nouvelle molécule nommé temporairement EPCL44 (pour Endomorphine Portéo-Cacao-Lactalisé, la classant dans la famille de stupéfiant chimique numéro 44) peut conduire dans les cas extrème à la mort par syncope (les signes cliniques étant très proche de ceux de l'hydrocution ou de l'overdose).

Faire un sprint ou tout effort anaérobique en buvant du chocolat au lait est fortement déconseillé par l'Organisation Mondiale de la Santé. <poll>Qu'avez-vous pensé de l'article "Chocolat" ? Parfait Poilant ! Encore à développer ou retravailler, pleaaaase Nullissime Inadmissible : à réécrire ou effacer. Je suis pas encore assez autonome pour me faire une opinion (promis: je mets mon âge dans la page de discussion). </poll>


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.